Roman, Romance, Young-adult

[Roman] La couleur du mensonge • Erin Beaty

Suivre sur Facebook les maisons d’édition est parfois frustrant, mais d’autres fois c’est plutôt pratique quand on entend comme ça parler d’un livre à côté duquel on serait sûrement passé.e à côté… C’est mon cas avec ce roman-ci ! Lumen avait teasé le roman, et le résumé m’a particulièrement plu, donc j’ai fini par l’acheter. La critique en bref :

Première parution : 9 mai 2017 (VO) / 22 février 2018 (VF) • De Erin Beaty • Ma note globale : ★★★★★

J’ai lu l’édition Lumen (506 pages)

25531909_2049286198640280_588659510387298519_o

Résumé

(Quatrième de couverture)

À Demora, ce sont les entremetteuses qui font et défont les unions, et façonnent ainsi le paysage amoureux et politique du royaume. Sage Fowler, seize ans, n’a rien du parti idéal : indisciplinée et rebelle, c’est de surcroît une bâtarde. Pourtant, son oncle parvient à lui obtenir un rendez-vous chez l’une des marieuses les plus réputées du pays – sa seule chance de trouver sa place dans la bonne société. Mais une surprise de taille l’attend : son franc-parler et sa vivacité d’esprit ne lui obtiennent pas un beau mariage… mais au contraire un apprentissage auprès de l’entremetteuse.

Or la guerre menace. C’est donc escortée par une troupe de soldats aguerris que Sage devra traverser le pays en compagnie des plus beaux partis de la région pour rallier la capitale et assister à l’événement matrimonial le plus attendu de ces cinq dernières années. Mais en chemin, l’un des soldats lui propose d’aider l’armée en espionnant pour son compte…

Mon avis

Sur Goodreads j’avais lu quelques critiques, qui n’étaient pas très encourageantes. Mais La couleur du mensonge me tentait vraiment, et puis me baser sur les critiques d’autres personnes aurait été un peu stupide, donc je me suis lancée tête baissée dans ce roman.

Sage est une jeune fille très intéressante. On a toujours peur de tomber sur un.e héro.ïne un peu relou, trop cliché, ou victime du syndrome du sauveur, mais Sage n’en est pas une. Je me suis attachée à elle relativement rapidement, donc c’est une bonne chose ! C’est une jeune femme sauvage, que l’on essaye d’enfermer dans une petite case précise mais qui a bien d’autres choses en tête. Malgré cela, elle n’est pas adepte de la rébellion juste pour la rébellion : elle réfléchit et sait s’écraser quand il le faut, une qualité que j’apprécie et qui est malheureusement trop souvent absente chez les personnages principaux (à quoi ça sert d’être téméraire si c’est pour mettre tout le monde en galère ?). Elle est aussi très intelligente et ne se laisse pas impressionner, elle reconnaît ses erreurs et n’est pas butée. Dès le début, on voit qu’elle est suffisamment mature pour prendre plein de choses en considération : quand on lui propose la place d’apprentie-marieuse, sa première réaction est de refuser car elle a horreur de ça, mais elle y réfléchit et y voit sa porte de sortie. Bref, j’aime beaucoup Sage.

Un point qui m’a perturbée très rapidement (très tôt dans le livre), c’est qu’il est parfois un peu dur à suivre. Enfin, quand je dis parfois, c’est malheureusement assez récurrent. Il y a plusieurs passages où je lisais sans problème, puis j’arrivais sur un point qui me faisait me dire « wait… what !? » et retourner dix pages en arrière. À vrai dire, c’est un peu chiant lors de la lecture, même si on comprend au fur et à mesure le pourquoi du comment : c’est à dire que l’auteure a énormément joué là-dessus. Elle glisse des retournements de situation très habiles, j’ai à un moment failli lâcher mon livre tellement mon cerveau a dû faire des contorsions pour réussir à tout comprendre. J’ai adoré être surprise de la sorte, car c’est assez rare qu’on puisse me surprendre comme ça, même si ça rendait la lecture parfois un peu laborieuse.

Ce qui fait qu’on peut être pris en traître de la sorte, c’est l’écriture d’Erin Beaty. J’ai lu le livre en français donc bon, je ne peux pas juger objectivement, mais j’ai trouvé le jeu qu’elle menait très habile. Elle alterne les points de vue et les focalisations à chaque chapitre, afin de couvrir toute l’histoire, pour nous donner assez d’éléments… et pouvoir en cacher tout autant ! C’est très intéressant comme façon de faire, ça lui a permis pas mal de libertés pour pouvoir faire avancer son intrigue, sans trop perdre ses lecteurs lectrices, mais sans les prendre par la main pour tout leur montrer non plus. Mais je pense que ça peut être vite énervant pour certaines personnes.

L’intrigue du roman se base beaucoup sur les secrets et les magouilles, d’où les retournements de situation pour qu’on puisse bien tout gérer comme il faut. On en vient rapidement à suspecter un peu tout le monde : est-ce que Sage est réellement celle qu’elle prétend être ? Est-ce que la marieuse n’est pas un peu trop informée ? Est-ce que la copine de Sage dontj’aioubliélenomsorry n’est pas un peu trop gentille ? Bref, vu que c’est un peu un roman « d’espionnage », on se pose mille et une questions, on trépigne un peu d’impatience en essayant de comprendre qui fait quoi dans toutes ces histoires, ce qui fait que le suspens est très bien entretenu.

Je passe très vite sur la romance — puisqu’évidemment il y en a une — que j’ai trouvée intéressante parce qu’elle recoupe tous les points cités plus haut. Pour ne rien spoiler, je dirai juste que Sage est vraiment une héroïne que j’apprécie parce qu’elle suit son bonhomme de chemin et n’entend pas se laisser marcher sur les pieds par qui que ce soit, pas même un homme ! En dehors de ça, la romance était appréciable, ni trop précipitée ni trop mièvre, bref, tout ce que j’aime.

Enfin, toute l’intrigue du livre est intéressante à suivre. Parce qu’évidemment, les choses ne sont pas seulement centrées sur Sage et son apprentissage de marieuse : comme le résumé l’indique, le royaume est en guerre, et les ennemis sont partout. Il y a de l’action, des plans ingénieux et des personnages qui ont de la ressource. C’est vraiment très plaisant à lire et à suivre, je ne me suis pas du tout ennuyée et j’ai voulu avancer rapidement car j’étais très prise par l’histoire.

En conclusion, La couleur du mensonge est un roman que je vous recommande ! Le second tome sort très bientôt, je suis plutôt impatiente de l’acheter (malheureusement il sort LE LENDEMAIN de mon anniversaire, je ne vais même pas pouvoir me le faire offrir, ça me frustre).

Publicités

2 réflexions au sujet de “[Roman] La couleur du mensonge • Erin Beaty”

  1. Je l’ai vu partout comme toi… Et il me tente beaucoup même si j’ai lu des critiques négatives. Mais j’aime me faire mon propre avis 🙂 Surtout qu’il arrive que des romans qui sont « adorés » ne me plaisent pas du tout ! XD Et puis, tu en parles tellement bien, malgré les petits aspects négatifs, que ça me donne encore plus envie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s