Vrac

Vrac n°13 (février 2018) : Love, be love-Leave, be left • Monsieur et Madame Adelman • Les Descartomanciens

Encore une fois je me suis retrouvée prise de court, par ce foutu mois de février qui a moins de jours que les autres ! À la base je voulais vous parler de plusieurs choses … que je n’ai pas eu le temps de voir et / ou lire. C’est pas grave, ce n’est que partie remise. Au programme de ce vrac, un manga, un film, un court-métrage !

vrac13

Love, be loved – leave, be left • Io Sakisaka

J’ai arrêté de lire autant de mangas un peu cucul qu’avant — à une époque j’en lisais une grosse quantité. Mais les ouvrages de Io Sakisaka restent des mangas faciles à lire, très joliment dessinés, et comme je connaissais déjà l’auteure, j’ai décidé d’essayer cette nouvelle série. Elle est publiée chez nous par Kana et compte pour l’instant cinq tomes parus (sept sont déjà publiés au Japon).

love_be_loved_leave_be_left_4765(Résumé pris sur Manga-news)

Yuna et Akari se rencontrent sur un quai de gare. Sans s’être jamais croisées auparavant, elles s’aperçoivent que, en plus d’habiter dans le même immeuble, elles fréquentent le même lycée ! C’est le début d’une amitié entre deux filles que tout oppose ; si Yuna est une fille rêveuse et romantique, Akari se veut plus réaliste quant aux relations amoureuses. Et les choses évoluent quand Yuna tombe sous le charme de Rio, le demi-frère d’Akari, et que cette dernière s’éprend de l’ami d’enfance de Yuna, Kazuomi. Leur vision respective de l’amour va être mise à rude épreuve…

Les dessins d’Io Sakisaka sont très doux, il n’y a pas de meilleur terme. Ses histoires sont à l’image des graphismes : c’est un peu niais, mais de temps en temps ça fait du bien de lire du niais. Les personnages principaux sont attachants, leurs émois adolescents sont mignons tout plein, bref, c’est une bonne petite série. Je n’ai lu que les trois premiers pour l’instant, mais l’intrigue est facile à suivre, il n’y a pas de longueurs ni de rush. À découvrir si c’est votre style de lecture !

Monsieur et Madame Adelman

Je ne suis absolument pas branchée films. Et surtout, je ne suis pas très branchée comédies françaises. Mais je me suis retrouvée l’autre soir à regarder en famille chez mon copain ce film, de Nicolas Bedos, sorti le 8 mars 2017. Vu que février est le mois de la Saint Valentin, je me suis dit que ce serait sympa de continuer sur l’amour et tout ça.

1200x630bb(Résumé de Télérama)

Victor Adelman, un célèbre écrivain, vient de mourir. Un journaliste rend visite à sa veuve, Sarah Adelman. Commence alors le récit d’une histoire d’amour mouvementée, soit quarante-cinq ans de vie commune. Sarah rencontre Victor en 1971 et devient rapidement sa muse. Elle se passionne pour son travail et l’épouse malgré les relations glaciales qu’elle entretient avec ses futurs beaux-parents. La passion laisse place peu à peu à la routine. Victor, à la fois égocentrique et tourmenté, commence à avoir du succès et reproche à Sarah de s’embourgeoiser, elle qui était si libre et rebelle au début de leur relation. Il la trompe sans vergogne et la fait souffrir…

Je pensais m’ennuyer à mourir, et finalement ce film était plutôt pas mal. J’aime beaucoup Doria Tillier, donc ça aide un peu. Le fait qu’on parle d’un écrivain qui rencontre peu à peu le succès mais qui perd le contrôle de sa vie était intéressant, et suivre une histoire sur une aussi longue période donne à voir de nombreuses choses de la vie. Les personnages traversent beaucoup d’événements et de choses dramatiques, donc il n’y a pas moyen de s’ennuyer.

Les Descartomanciens

On finit par un court-métrage que j’ai visionné une demie-heure avant la rédaction de cet article (qui a dit que je n’étais pas organisée !?). Il s’agit d’un petit film de vingt minutes réalisé par l’équipe d’Olydri, dont vous avez peut-être entendu parler avec la web-série Noob. J’adore ce qu’ils font, ils créent des univers très intéressants en piochant un peu dans la pop-culture.

Les Descartomanciens raconte l’histoire de Kan, un homme qui a depuis peu la faculté de faire des rêves prémonitoires. Il croise ainsi un jour la route d’une créature qu’il tente d’affronter avant d’être secouru par des personnes qui lui demandent de les suivre. Il découvre alors l’univers des Descartomanciens, des « élus » dont le but est de protéger la terre des esprits qui refusent de suivre la route qui leur est attribuée.

Comme je n’arrive pas à intégrer directement la vidéo sur la page, vous pouvez la retrouver >ICI<. Mon résumé est un peu brouillon, mais la vidéo ne dure que vingt minutes et il s’agit d’un one-shot. De fait, il y a finalement beaucoup de mise en place de l’univers et peu d’action, mais j’ai quand même beaucoup apprécié de regarder ce petit film. Ça reste un travail amateur, mais on voit bien les efforts qu’ils ont fourni, et l’univers et l’histoire sont bien pensés.


C’est fini pour ce mois-ci ! J’essaye chaque mois de vous parler de choses un peu différentes les unes des autres, parce que sinon je passerai mon temps à vous parler des mangas que j’ai empruntés à la bibliothèque. J’espère que ça vous aura plu, même si ce dont je vous ai parlé n’est pas forcément votre tasse de thé. On se retrouve le mois prochain pour un nouveau vrac !

Publicités

3 réflexions au sujet de “Vrac n°13 (février 2018) : Love, be love-Leave, be left • Monsieur et Madame Adelman • Les Descartomanciens”

  1. Personnellement je suis déçue par Love, be loved, leave, be left (deja bonjour le titre a rallonge) que je trouve beaucoup TROP niais par rapport aux mangas précédents de Io sakisaka… le rythme de l’histoire est aussi beaucoup trop lent pour moi et j’ai l’impression que « l’intrigue » n’avance pas d’un poil, c’est vraiment dommage. Je préfère pour ma part Strobe Edge et Blue Spring Ride 🙂

    J'aime

    1. Il est assez niais en effet mais jusque là ça ne m’a pas dérangée 🙂 Les personnages sont plutôt attachants donc ça rend la lecture plus agréable ^^
      Je ne me rappelle plus trop de Strobe Edge mais je l’avais bien apprécié, par contre je n’ai jamais lu Blue Spring Ride, il faudra que je m’y essaye un jour 😀

      Aimé par 1 personne

      1. Je te conseille Blue Spring Ride, on échappe pas à quelques clichés mais j’ai pas mal aimé 🙂 J’ai vraiment beaucoup de mal avec Love, be loved, leave, be left, mais je pense que ce n’est qu’une question de goût ! En tout cas on est d’accord sur le fait que les dessins sont très beaux !

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s