Fantastique, Jeunesse, Roman, Urban fantasy

[Roman] City of Bones • Cassandra Clare

Quand je démarre une nouvelle série, je n’achète quasiment jamais plusieurs tomes d’un coup, parce que si je n’aime pas la série ça m’embêterait d’avoir tous les autres sans les lire. Mais quand Amazon te propose la série complète pour seulement 12£, tu finis par faire un compromis quand même. Et puis je lis tellement de bien de cette série qu’il fallait bien que je me lance. La critique en bref :

Première parution : 27 mars 2007 (VO) / 6 juin 2008 (VF) • De Cassandra Clare • Ma note globale : ★★★★☆

J’ai lu l’édition WalkerBooks (510 pages)

91Dz0CVeJyL

Résumé

La vie n’est pas simple pour Clary, adolescente de quinze ans qui vit seule avec sa mère et n’a jamais connu son père. Mais elle se complique encore le jour où elle assiste à un meurtre, perpétré par trois jeunes de son âge… et dont la victime disparaît. Pire encore, personne ne semble pouvoir voir les tueurs à part elle.

Clary découvre alors le monde caché des Shadowhunters, des chasseurs dont l’unique but est de débarrasser la Terre des démons qui s’y introduisent. Et lorsque sa mère se fait kidnapper et que Clary elle-même est attaquée par l’un de ces démons, elle n’a d’autre choix que de plonger tête la première dans cet univers qui n’est pas le sien…

Le passé énigmatique de sa mère et la menace qui plane sur le monde vont bientôt se rejoindre, et Clary devra faire face à toute une vie de mensonges.

Mon avis

J’ai dit que j’avais lu beaucoup de bien de la série, mais j’ai aussi vu pas mal de critiques négatives. Sur Goodreads par exemple, il y a beaucoup de commentaires de gens qui n’ont pas du tout apprécié, et certaines de mes amies de fac m’ont dit avoir eu beaucoup de mal à lire plus qu’un tome et demi.

Dans un sens, je comprends franchement. La première chose qui m’a frappée en commençant à lire City of Bones, c’est que l’intrigue et les personnages s’adressent plutôt à un public de jeunes adolescents. Étant plus habituée au genre Young Adult, c’est vrai que le retour en arrière est un peu délicat. Ce premier tome n’est pas spécialement mature : il n’y a pas franchement de thèmes sérieux et/ou graves qui sont abordés, ou s’ils le sont, on ne sent pas vraiment une volonté d’aborder la chose mais plutôt une utilisation comme trame scénaristique. Par exemple, l’absence du père de Clary ou le statut d’orphelin de Jace ne sont jamais traités comme des problèmes à part entière ; c’est la vie, débrouille-toi, j’avais un peu l’impression que c’est ce qu’on me disait.

Ce que je veux dire, c’est qu’on ne creuse quasiment pas plus profond que la surface. Il y a beaucoup de choses qui se passent, Clary voit sa vie sous un jour totalement nouveau, mais finalement il n’y a pas de questionnement. Le pire étant son meilleur ami Simon, qui lui n’a théoriquement rien à voir avec le monde des Shadowhunters, mais qui prend la chose mieux que Clary presque. Des vampires, des loups-garous, des chasseurs de démons ? Simon n’a pas l’air plus perturbé que ça d’apprendre l’existence de créatures surnaturelles, et c’est plutôt bizarre. Après… c’est le premier tome, il y a toujours la place plus tard pour des rebondissements, mais le fait que Simon cille à peine face à tout est plutôt étrange.

Sinon, je trouve ce premier tome de série plutôt bien fait. J’ai eu du mal à me mettre dans la lecture par contre, il m’a fallu quasiment deux semaines pour le lire, ce qui est plutôt long. J’avais beau trouvé l’intrigue intéressante, il n’y avait pas assez pour que je sois complètement plongée dedans, à part à la fin — forcément. Ça a sûrement à voir avec le fait que, bon… il n’y a pas grand chose de très original là-dedans. Ce n’est pas forcément un défaut, comme je l’ai déjà dit il est très difficile d’inventer quelque chose de nouveau de nos jours. Mais le fait est qu’une grosse partie de l’intrigue et du suspens était cousue de fil blanc ; ce qui se présentait comme de grosses révélations était finalement des éléments qu’on voyait venir d’assez loin. Parce que j’ai trouvé que Cassandra Clare laissait trop d’indices dans son écriture, ce qui enlève un peu du plaisir d’avoir des surprises.

Mais ça ne m’a pas empêchée d’apprécier plusieurs rebondissements ! Certains éléments scénaristiques étaient suffisamment bien camouflés et/ou amenés pour garder un minimum de suspens (spoiler : même si, euh… le semi-inceste, j’avoue que je m’en serai grandement passée ?) et maintenir mon attention dans le livre. J’avais peur qu’on tourne très rapidement à un truc guimauve qui fasse un peu mauvaise fanfiction, mais j’ai réussi à prendre vraiment du plaisir dans ma lecture en arrivant au dernier tiers peut-être, quand tout commence à prendre place et qu’on lance la machine.

Le fait est que j’aime bien l’univers et l’histoire créés par l’auteure. Les créatures qui les peuplent n’ont rien d’original, le fait qu’il existe un « monde caché au commun des mortels » non plus, mais l’existence d’un méchant qui vient du camp des gentils, la mythologie qui se construit au fur et à mesure, l’histoire de la coupe… tout ça, c’était une bonne idée. Je ne suis pas fan d’urban fantasy parce que je trouve qu’on perd le côté surnaturel et fantastique, avec des mondes qui nous sont étrangers, enfin bref tout ce qui me plaît dans la fantasy. Avec son pays camouflé, son système de runes et son histoire d’accords, je trouve que Cassandra Clare a su moduler son univers pour donner un tout un minimum cohérent et attractif.

Un dernier mot enfin sur les personnages, il faut bien. J’avais lu sur Goodreads que Clary souffre du syndrome de la Mary-Sue, et… je ne sais pas, dans ce premier tome je n’en ai pas eu (trop) l’impression. Elle est clairement inutile 80% du temps puisqu’elle ne connaît rien à l’univers dans laquelle elle se retrouve plongée, et forcément il faut que toutes les misères du monde lui tombent dessus, que son meilleur ami soit amoureux d’elle, mais ce sont des trames qu’on retrouve dans malheureusement de nombreux romans et qui servent aussi à mettre en place la situation. À côté de ça, elle reste une fille plutôt courageuse et intelligente, qui tente tant bien que mal de comprendre ce qui se passe autour d’elle sans se faire tuer. Je suis un peu plus mitigée envers Jace. Je l’ai trouvé intéressant au début, avec son sarcasme, son orgueil et sa vivacité d’esprit, mais dès qu’il y a ce gros plot twist à la fin, il devient un poil trop niais et stupide. J’espère que la suite corrigera le tir.

Enfin bref. J’avais peur de me lancer dans cette série, je me disais que j’étais peut-être trop vieille pour pouvoir l’apprécier. Ce premier tome n’étant franchement pas désagréable, je pense m’atteler rapidement à la suite — aussi parce que ça me stresse d’avoir la pile des cinq suivants qui me dévisage, j’avoue.

Publicités

3 réflexions au sujet de “[Roman] City of Bones • Cassandra Clare”

  1. J’aime bien cette série, elle a ses hauts et ses bas, mais elle a une valeur sentimentale à mes yeux! C’est l’une des premières grosses séries que j’ai lu! En tout cas, Cassandra Clare est une auteure qui s’est beaucoup améliorée niveau écriture et intrigue, je trouve ses nouvelles sagas bien mieux écrites (et les personnages féminins moins niais) 😀

    Ne crois pas t’en tirer aussi facilement avec tes six livres, y en a d’autres à coté xD

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s